Echos de Babel

Ensemble Musica Nova, direction artistique Lucien Kandel

Anass Habib  voix & percussions
Aurélie Tissot  qanun
Saed Haddad  compositeur
Ensemble Musica Nova (direction artistique Lucien Kandel)
Esther Labourdette, Christel Boiron cantus
Lucien Kandel, Xavier Olagne contratenor
Jérémie Couleau, Thierry Peteau tenor
Marc Busnel, Guillaume Olry bassus

ArchipelRecadré

L’ensemble Musica Nova présente en 2016 Échos de Babel, un programme inédit mêlant musique ancienne et création contemporaine, avec une profondeur méditerranéenne. Fruits d’une richesse linguistique et culturelle impressionnante, les musiques d’Europe du Sud, du Maghreb, du Proche-Orient ou de Byzance seront invitées à s’unir le temps d’une rencontre. L’oeuvre commandée à Saed Haddad, compositeur originaire de Jordanie, tentera de mettre au jour une harmonie entre les polyphonies du Moyen-Age et les monodies chantées par Anass Habib, chanteur marocain, accompagnées par le qanun d’Aurélie Tissot.

Le mythe de Babel suscite dans l’imaginaire des hommes une profonde fascination, constitutive à la fois d’une crainte et d’une défiance vis-à-vis de l’au-delà. Dépasser ses limites et sa condition terrestre, construire plus haut et s’élever spirituellement, sont peut-être la substance la plus partagée des mortels. Les cathédrales gothiques du Moyen-Age témoignent encore de cette quête incessante d’atteindre les sommets. La musique elle aussi n’échappe pas à ce désir de produire des oeuvres aux proportions démesurées. C’est ce qui avait conduit les hommes, à Babel, à accorder leurs forces dans toute leur diversité. C’est aussi ce qui les avait puni par le Très Haut, qui, en engendrant la diversité des langues, a engendré le chaos et l’incompréhension sur terre. « Réécrire Babel » permettrait d’envisager la dissemblance des langues non plus comme la source de discorde mais comme celle d’une harmonie. A défaut d’une tour, ce programme propose, dans un défi peut-être encore plus vaste, d’édifier une architecture musicale.

La diversité des langues permet, avec ses propres mots, de montrer et conserver une identité, mais aussi d’enrichir sa voix de sonorités étrangères et d’amender sa vision du monde. Pour les chanteurs, l’exploration des langues est un travail quotidien, un voyage au coeur de l’humain, une frontière que l’on repousse chaque jour et qui alimente l’imaginaire. Telle est l’intuition de Musica Nova que d’ouvrir son champ musical à celui de la musique sacrée traditionnelle méditerranéenne. Qu’ils soient byzantins, araméens, libanais, algériens,… ces chants sont susceptibles de rappeler l’origine monodique de la polyphonie médiévale. La rencontre avec le chanteur marocain Anass Habib est déterminante dans l’élaboration de ce projet, de part son enracinement dans la culture traditionnelle marocaine mais aussi par son souci d’explorer toutes les musiques de la Méditerranée au-delà des confessions.

L’oeuvre ainsi créée s’inscrira dans une volonté de construire, au-delà des différences linguistiques et musicales, un édifice respectueux des richesses et des diversités.

Dossier à lire ou à télécharger

Babel page une