L’Orient Express, un train révolutionnaire

DANS LE CADRE DU CYCLE DE CONFÉRENCES AUGURART

Conférence L’Orient Express, un train révolutionnaire.

Le jeudi 18 octobre 2018 à 19h, à l’Ucly, salle Alain Mérieux, 10 place des Archives Lyon 2ème.

BILLETTERIE EN LIGNE / RESERVEZ VOS PLACES

Photo de Benjamin Chelly

L’histoire de l’Orient Express commence en 1883 lorsqu’il quitte, pour la première fois Paris, à destination de Constantinople, via Strasbourg, Munich, Vienne, Budapest, Bucarest… D’emblée, ce train est perçu comme révolutionnaire. Grâce aux efforts déployés par son créateur, le Belge Georges Nagelmackers, l’Orient Express traverse, sans être obligé de s’arrêter systématiquement pour un contrôle des voyageurs et des bagages, une république et diverses monarchies (empires, royaumes, duchés et autres principautés). L’Europe ferroviaire est en marche, bien avant celle du charbon et de l’acier qui, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, conduira à l’Union européenne. Surtout, les voyageurs de l’Orient Express montent à bord d’un véritable train de luxe. Les cabines sont pourvues de banquettes qui, le soir venu, se transforment en lit moelleux. À l’heure des repas, les passagers sont conviés à gagner la voiture-restaurant accrochée entre les voitures-lits. Un tel confort a été permis par l’intégration de nombreuses innovations techniques. Au-delà, une stratégie de communication tous azimuts participa du succès de l’Orient Express. L’entre-deux-guerres, en dépit des pertes subies durant le premier conflit mondial et du redécoupage politique de l’Europe, marque un âge d’or. Avant d’être concurrencé par la voiture et l’avion, l’Orient Express et ses prolongements relient trois continents, l’Europe, l’Asie et l’Afrique. Un exploit ! Le temps d’une nouvelle révolution, celle de l’art déco.

Guillaume Picon

Historien de formation, Guillaume Picon est auteur et éditeur. Après avoir dirigé le Larousse des rois de France (2008), il a écrit le Petit livre des rois de France (Chêne, 2009). Ont suivi Versailles, Invitation privée (Flammarion, 2011), Les 100 tableaux à clé de l’histoire de France (Hazan, 2012), Les Arts sous l’Occupation (Beaux Arts éditions, 2012, en collaboration), Poèmes de poilus (Points Poésie, 2014), Écrivains et artistes face à la Grande Guerre (Beaux Arts éditions, 20124, en collaboration), Un jour à Fontainebleau (Flammarion, 2015), L’Histoire de France expliquée par la peinture (Larousse, 2016), Orient Express, De l’histoire à la légende (Albin Michel, 2017), Château de Villette, Fastes d’un décor à la française (Flammarion, 2018).

Ainsi, il a dirigé et écrit l’histoire de Thuasne, groupe familial fondé en 1847, ouvrage paru en 2014. La même année, il a participé à la rédaction du livre célébrant le 350e anniversaire de Saint-Gobain, édité par Albin-Michel.

Commissaire d’exposition, il a conçu, aux côtés de Jean-Jacques Aillagon, l’Art à l’épreuve du monde (Dunkerque, 2013), Un été pour Matisse (Nice, 2013), le Festin de l’art et Mangez des yeux (Dinard, 2014), Jacques Chirac ou le dialogue des cultures (Paris, 2016).

Comme journaliste et historien de l’art, il collabore régulièrement aux hors-série publiés par Beaux-Arts ainsi qu’au Quotidien de l’art.

Photo Benjamin Chelly